La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle à Paris

Texto

(1)

La pr ost i t ut i on et l a pol i ce des moeur s

au XVIIIe

si ècl e à Par i s

El i ane HENSI NGER*

RESUME

A Par i s, débauc he et pr

os-t i os-t uos-t i on sonos-t t r ès act i ves au

XVI I I e

si ècl e. Une car t ogr aphi e ét abl i e à par t i r des ar chi ves de j ust i -ce, de l a pol i ce et de l ' hôpi t al , per -met de met t r e en évi dence l es l i eux de l eur exer ci ce, et l a pr ovenance des f emmes .

zyxwvutsrqponmlkjihgfedcbaZYXWVUTSRQPONMLKJIHGFEDCBA

" PARI S

" PROSTI TUTI ON " REPRESSI ON " XVI I I e SI ECLE

ABSTRACT

Dur i ng t he ei ght eent h cent ur y debauc her y and pr ost i t ut i on wer e v er y act i ve i n Par i s. Super vi si on and r epr essi on wer e mai nl y di r ec t ed agai nst

women. Wher e di d debaucher y and ar r est t ake pl ace and who wer e t he

pr ost i t ut es? Thei r l ocat i on c an be mapped t hanks t o r ecor ds f r om t he Mi ni st r y of j ust i ce, pol i ce and hospi t al .

" PARI S

" PROSTI TUTI ON " REPRESSI ON " 18TH CENTURY

RESUMEN

En el Par í s del si gl o XVI I I , l i ber t i naj e y pr os-t i os-t uci ón s on muy acos-t i vos. Vi gi l anci a y r epr esi ón se apl i can sobr e t odo a l as muj er es. ¿Dónde se encuent r an l os l ugar es de l i ber t i naj e y det en-ci ón? ¿Qui énes son l as pr ost i t ut as? Par a concr et ar l o, he aquí una car t ogr af í a r eal i zada a par t i r de l os ar chi -vos j udi ci al es, pol i ci al es y hospi t al a r i os.

" PARI S

" PROSTI TUCI ON " REPRESI ON " SI GLOXVI I I

La mor t a sur pr i s Er i ca- Mar i e Benabou al or s quel l e par achevai t l e manuscr i t de sa t hèse de doct or at - ès- l et t r es. Une séri e de car t es et gr aphi ques, en noi r et en coul eur s, conçus et r éal i sés par El i ane Hensi nger . ét ai t pr êt e pour l ' i l l ust r at i on de l ' ouvr age. En 1987. une gr ande par t i e du t ext e a ét é publ i ée à t i t re post hume sous l ' i nt i t ul é: «La pr ost i t ut i on et l a pol i ce des moeur s au XVI I I e si ècl e». Mai s l ' i conogr aphi e pr évue est r est ée j usqu' à ce j our i nédi t e. En souveni r de E. M. Benabou, sont pr ésent és i ci un cer t ai n nombr e de ces document s car t ogr aphi ques accompagnés de quel ques ext r ai t s de son l i vr e.

Pouvoi r s et débauche

On ne peut di ssoci er une enquêt e sur l a débauche et l a pr ost i t u-t i on de l ' éu-t ude des concepu-t i ons, des r ouages eu-t de l ' acu-t i on de l a j ust i ce, de l a pol i ce et de l ' hôpi t al . C' est gr âce aux ar chi ves de ces

der ni er s que l ' on a pu r econst i t uer de f açon sér i euse ce que f ut l a pr ost i t ut i on au XVI I I e si ècl e, à Par i s en par t i cul i er .

L' hi st oi r e de l ' appar ei l r épr essi f est une successi on peu cohér ent e d' i nt ecohér di t s et de t ol écohér ances pl us ou moi ns l i mi t ées et i mpl i -ci t es. Le Moyen Age admet l es «bor deaux», sur t out à Par i s. Mai s, en 1254, sai nt Loui s édi ct e une pr ohi bi t i on absol ue, abol i e pl us t ar d en f aveur d' une t ol ér ance of f i ci el l e qui gar ant i t l ' exi st ence d' une pr ost i t ut i on l égal e, cant onnée dans cer t ai ns quar t i er s: l es r ues Tr ansnonai n, Put i gny . Beaubour g, du Hur l eur , Tr ousse-Vache, Ti r e- Boudi n. . . , aut our des r ues Sai nt Mar t i n et Sai nt -Deni s. Dès l e XVe si ècl e et sur t out au XVl e si ècl e, l es pr i nci pes mor aux et r el i gi eux sont conf or t és par des pr éoccupat i ons sani -t ai r es: l a con-t agi on syphi l i -t i que f ai -t des r avages. D' où l a f er me-t u r e - t héor i que de t ous «l es bor deaux secr et s ou publ i cs» dès 1560.

Un f ai t f r appe d' embl ée: l a r épr essi on r éser ve un sor t i négal aux deux sexes. La r épr obat i on vi se essent i el l ement l a débauche

f émi ni ne, soi t l a pr ost i t ut i on, l es «l i ai sons i l l i ci t es» ou l e pr oxéné-t i sme. Lor squ' i l y a «dél i oxéné-t conoxéné-t r e l es bonnes moeur s eoxéné-t l a chasoxéné-t e t é», l a f emme est t ouj our s l a pr emi èr e coupabl e. L' excl usi on est l e chât i ment r éser vé aux f i l l es. Le «gr and enf er mement » mi s sur pi ed par Loui s XI V r enf or ce l a r épr essi on de l a mendi ci t é, de l a f ai néant i se, du vagabondage et des «gens sans aveu»: l es f emmes «d' une débauche et pr ost i t ut i on publ i que et scandal euse» sont i ncar cér ées à l a Sal pêt r i èr e, cr éée en 1656, l es débauchés mascu-l i ns à mascu-l ' Hôpi t amascu-l Génér amascu-l , à mascu-l a f oi s hôpi t amascu-l et mai son de f or ce, et une cer t ai ne «él i t e soci al e» à Sai nt e- Pél agi e à par t i r de 1684. A cet t e

même dat e, une or donnance accor de au Li eut enant Génér al de Pol i ce à Par i s des pouvoi r s except i onnel s en mat i èr e de sur -vei l l ance des moeur s, d' i ncar cér at i on et de cor r ect i on pour débauche publ i que et maquer el l age.

Dès 1713, un t ext e l égi sl at i f const i t uer a j usqu' à l a f i n du XVI I I e si ècl e l a base j ur i di que des pr océdur es cont r e «l a débauche des f i l l es de Par i s». Mal gr é un accr oi ssement except i onnel des moy ens de r épr essi on pol i ci èr e, i l y aur a cependant r ecr udescence de l a pr ost i t ut i on, except i onnel l e el l e aussi par ses f or mes et son ampl eur . La Révol ut i on, l e Di r ect oi r e, l ' Empi r e et l a Rest aur at i on ne connaî t r ont guèr e de nouvel l es mesur es l égi sl at i ves.

Qui sur vei l l e- t - on ? Est obj et de r épr essi on et non seul ement de r épr obat i on mor al e, r el i gi euse ou soci al e t out cr i me cont r e l es moeur s, t out «mauvai s commer ce» ( «une uni on chamel l e i l l égi t i -me ent r e deux per sonnes de sexe di f f ér ent ») : débauche, pr ost i t u-t i on, l i ber u-t i nage, adul u-t èr e, concubi nage ou pr oxénéu-t i sme. La pr os-t i os-t uée esos-t appel ée «f i l l e du monde» ( f i l l e à os-t ouos-t l e monde) . Sur l e «haut t r ot t oi r », l e «peupl e gal ant » engl obe l es demoi sel l es de spect acl e, l es f emmes ent r et enues, l es «cour t i sanes du bon t on», l es demoi sel l es gal ant es. . . L' i nt ér êt que l eur por t e l a pol i ce est f onct i on de l eur s bonnes f or t unes, c' est - à- di r e de l eur s amant s. Ceux- ci peuvent se voi r i nqui ét és, mai s pour se soust r ai r e à une quel conque pei ne, i l l eur suf f i t d' accuser l a f i l l e de «publ i que» ou de not oi r ement débauchée.

Tout ef oi s, l a sur vei l l ance d' hommes «suj et s à l a pol i ce» exi st e, mai s l eur pour sui t e est moi ns sévèr e. I l s' agi t d' i ndi vi dus suspect s, d' ét r anger s, de l i ber t i ns et f i l s de f ami l l e, de «débauchés d' un l i ber t i nage out r é» ( t el l e Mar qui s de Sade) , de pr êt r es débau chés. . .

Le maquer el l age, sur t out f émi ni n, «commer ce r egar dé comme abomi nabl e», est passi bl e de r épr essi on sévèr e, mai s peut aussi

(2)

j oui r d' une cer t ai ne i mpuni t é l or sque l es «mat r ones» des mai sons accept ent d' êt r e des agent s de r ensei gnement de l a pol i ce, ou l or sque l a cl i ent èl e est f ai t e de gr ands noms de l ' ar i st ocr at i e, de l a f i nance ou même de l a r obe.

La car t e de l a pr ost i t ut i on à Par i s

Les r ues c haudes

On r emar que l a net t e pr édomi nance de l a r i ve dr oi t e. La pr ost i -t u-t i on y es-t di ssémi née dans de nombr eux quar -t i er s al l an-t de l a r ue Sai nt - Ant oi ne au Roul e et de l a Sei ne aux Boul evar ds, avec cependant des i mpl ant at i ons bi en pr éci ses dans deux t ypes de

zones.

zyxwvutsrqponmlkjihgfedcbaZYXWVUTSRQPONMLKJIHGFEDCBA

" La pr emi èr e est une zone pauvr e, sor di de, de basse pr ost i t u-t i on, dans l es vi eux quar u-t i er s cenu-t r aux d' habi u-t au-t i on dense eu-t de u-t r a-vai l i nt ense. Là, un cer t ai n nombr e de r ues f or ment de vér i t abl es î l ot s r éser vés, f oyer s t r adi t i onnel s de l a débauche, où l a pr ost i t u-t i on esu-t vr ai ment i nt égr ée au t i ssu ur bai n: deux noyaux ser r és aut our des r ues Pl anche- Mi br ay ( bas de l a r ue Sai nt - Mar t i n act uel l e) , de l a Vi ei l l e Pl ace aux Veaux, de l a Tanner i e. . . , l e quar -t i er l e pl us «chaud», l e pl us sor di de, «l e der ni er gr adi n pl ongean-t dans l a f ange» et l e pl us cr i mi nogène; des f oyer s sat el l i t es aut our

des r ues des Nonnai ns d' Hyèr es, d' Avi gnon ( bas de l a r ue Sai nt -Deni s act uel l e) , Tr ousse- Vache, dont l e nom r appel l e l a vocat i on depui s l e Moy en Age, Aubr y- l e- Boucher . . .

Ver s l e nor d, d' aut r es noyaux sont de par t et d' aut r e des r ues Sai nt - Mar t i n et Sai nt - Deni s j usqu' aux Boul evar ds Sai nt - Deni s. Poi ssonni èr e et du Templ e, et aut our de l a r ue du Faubour g Mont mar t r e. Ver s l ' ouest , une const el l at i on s' obser ve aut our de Sai nt - Eust ache, des Hal l es et de l a Nouvel l e- Hal l e- aux- Bl és, et va se densi f i ant en di r ect i on de l a r ue Sai nt - Honor é.

Le deuxi ème gr and f oyer de pr ost i t ut i on t our ne aut our de l ' axe de cet t e der ni èr e et aut our du Pal ai s- Royal . C' est l à que se t r ouvent bon nombr e de r ues que sai nt Loui s avai t déj à assi gnées aux pr ost i t uées ( r ue du Coq, de Champf l eur y . . . ) , d' aut r es pr over -bi al ement vouées à l a pr ost i t ut i on ( r ue Fr oment eau. . . ) . Pl us l ' on se r appr oche du Pal ai s- Royal , pl us f or t e est l a densi t é des ar r est a-t i ons: pl ace du Louvr e, r ues du Pél i can, Sai na-t - Ni cai se, de Val oi s, de Rohan. Sai nt e- Anne, d' Ar gent eui l . . . A l ' ouest du Pal ai s- Royal , en di r ect i on du Roul e et ver s l a pér i phér i e, l a cl i ent èl e de l a pr os-t i os-t uos-t i on devi enos-t pl us r el evée.

(3)

RACOLAGE ET PROSTI TUTI ON A PARI S

(4)

Gl at i gny ) , av ai t ét é «net t oy ée» par Fr anç oi s I er . Sur l a r i v e gauc he, quar t i er d' ét udi ant s, de r el i gi eux, de commer çant s et de l oi si r s, l a pr ost i t ut i on est moi ns pr ésent e et moi ns di f f use.

I l ex i s t e t r oi s f oyer s pr i nci paux: aut our de l a Cr oi x- Rouge et de l a r ue Sai nt - Andr é- des - Ar t s ( l a r ue de Mâc on ét ai t déj à une des r ues r és er v ées s ous Loui s XI ) , où l a pr ost i t ut i on est i nt i mement mêl ée aux aut r es act i vi t és ; aut our de l a pl ace Mauber t j usqu' à l a Sei ne, quar t i er de pauv r es et de gueux où r ègne l a v i ol enc e popu-l ai r e; r ues Gal ande, du Chev al - Ver t , pl ac e de l ' Es t r apade et r ue Mouf f et ar d.

Les l i eux d' asi l e

Au bas de l ' échel l e i l y a l es c abar et s , l es mar c hands de v i n, c er t ai ns l i eux de passage ( t el s l es débouc hés du Pont - Neuf , de l a r ue Sai nt - Deni s. . . ) , l a pr oxi mi t é des caser nes et post es de gar de, des mar c hés ( Mauber t . . . ) et de quel ques égl i ses ( Sai nt - Mer r i . . . ) .

D' une mani èr e génér al e, l es l i eux de pl ai si r et de l oi si r s s ont des l i eux de r acol age: l es pr ost i t uées s' aggl omèr ent aut our des s al l es de spect acl e: l ' Opér a. «c e mar c hé aux put ai ns », l a Comédi e- Fr anç ai s e, l a Comédi e- I t al i enne - l es uns et l es aut r es s ont dépl ac és à pl us i eur s r epr i ses, mai s l a pr ost i t ut i on y sur vi t à c haque c hangement - l es f oi r es ( Sai nt - Laur ent . . . ) , l es Gr ands

Boul ev ar ds , l i eux de pr omenade devenus «l i eux de f oi r e per

ma-nent e», l es j ar di ns des Tui l er i es et du Luxembour g, l es Champs-El ysées . . .

I l y a l es «mai s ons de débauche», l es bout i ques, appar t ement s ou si mpl es chambr es, t ouj our s t enus par une maquer el l e, «une f emme de débauc he», et que l ' on a pu si t uer gr âce aux l i st es des ar r es t at i ons d' éccl ési ast i ques . . . Le quar t i er du Louvr e Sai nt -Ger mai n- l ' Aux er r oi s v i ent en t êt e, sui vi des r ues de vi ei l l e t r adi -t i on bor del i èr e déj à ci -t ées e-t de l a pr oxi mi -t é des couven-t s, c om-munaut és d' hommes et éc ol es de l a r i v e gauche. Le pér i mèt r e r est e as s ez r est r ei nt : l e c oeur du v i eux Par i s de l a pr ost i t ut i on.

A l a pér i phér i e du Par i s anci en, sont ut i l i sés l es j ar di ns et gui n-guet t es de l a r i v e dr oi t e à l a Pet i t e Pol ogne, aux Por cher ons, à Pi nc our t et à l a Cour t i l l e. . . et , sur l a r i ve gauche, l es est ami net s du v i l l age de Vaugi r ar d, du Gr os - Cai l l ou et de l a pl ai ne de Gr enel l e. . . «Le vi n, dont l es dr oi t s s ont moi ns él ev és que ceux de Par i s en- deçà des Bar r i èr es, y coul e à bon mar c hé et on y voi t l a j oi e en gueni l l es f ai r e dans er l a mi s èr e».

(5)

une cl i ent èl e de choi x. Les «pet i t es mai sons» veul ent l a di scr ét i on, l ' él oi gnement et «un cal me champêt r e», cont r ai r ement aux «mai sons de débauche», aux bor del s, qui eux r echer -chent l a pr oxi mi t é commode.

Et at ci vi l des pr ost i t uées

Or i gi ne géogr aphi que

Par mi l es f emmes ar r êt ées, moi ns d' un t i er s sont or i gi nai r es de Par i s et de sa pr oche ban-l i eue: 28, 5% en 1765, 26%en 1787. L' ai r e de r ecr ut ement des i mmi gr ant es est pr esqu' ent i èr e ment si t uée au nor d d' une l i gne appr oxi mat i ve Sai nt - Mal o- Genève, l a l i gne «Maggi ol o», cou-pur e cul t ur el l e et économi que ent r e l es deux moi t i és de l a Fr ance.

Les

gr os f oyer s d' émi gr a-t i on f émi ni ne sona-t l es vi l l es i mpor a-t ana-t es ea-t l es bour gades moyennes.

Les

mét i er s r ecensés sont eux aussi essent i el l ement ur bai ns. Tr oi s r égi ons pr i nci pal es f i gur ent dans l es décl ar at i ons des l i eux de nai ssance des pr i sonni èr es: r égi ons de l a Nor mandi e à l ' Or l éanai s: 10, 7% en 1765- 70 et 10, 8% pour 1787; l a Champagne: 10, 1% pour 1765- 70 et 12, 9% pour 1787; l a Pi car di e: 9. 4% pour 1765- 70 et 7, 6% au début du XI Xe si ècl e. On pense à l a cr i se du t ext i l e t ouchant ces pr ovi nces à l a t i n de l ' Anci en Régi me. La Bour gogne, l a Fr anche- Comt é et l ' Al sace n' en-voi ent guèr e de t i l l es.

Les

vi l l es de gar ni son et l a mouvance de l ' ar mée ver s Par i s expl i quent l es 7, 5% de «f i l l es» or i gi nai r es de Lor r ai ne. Ent r e l es dat es ci t ées et l a Rest aur at i on, i l n' y aur a pas de changement s not abl es.

Age et ét at mat r i moni al

L' ét ude de l ' âge des pr i sonni èr es, ent r e 1765 et 1770, l ai sse supposer qu' el l es ont eu, au moment de l eur ar r es-t aes-t i on, un passé de es-t r avai l . L' âge moyen est de 26 ans. Seul es l es Par i si ennes sont pl us j eunes. A mesur e qu' avance l e si ècl e, une pl ace de pl us en pl us gr ande est pr i se par l es j eunes de moi ns de 25 ans: 49, 9% ent r e 1765 et 1770, 57, 2% en 1790.

Sur l es 2069 f emmes ar r êt ées ent r e 1765 et 1770, i l y a 87%de cél i bat ai r es, 7% de f emmes mar i ées et 5% de veuves . L' âge moyen des pr ost i t uées, 26 ans, est aussi cel ui du cél i bat f émi ni n à l a f i n du XVI I I e si ècl e. Le st at ut soci o-économi que de l a veuve r end sa si t ua-t i on i nconf or ua-t abl e eua-t par f oi s désespér ée.

L' ét ape de l a pr ost i t ut i on peut succéder à cel l e de l a mendi ci t é. I l en est de même pour l es f emmes mar i ées dél ai s-sées. Les pour sui t es pour «vi e débau chée» r ecouvr ent souvent un concubi na-ge qui est puni c omme un dél i t . Mai s l a seconde moi t i é du XVI l l e si ècl e ver r a cet t e r épr essi on se r édui r e.

Pr of essi ons

Une ar r i vée r el at i vement t ar di ve à l a pr ost i t ut i on ser ai t pr écédée pour l es mi gr ant es de pr ovi nce d' une ét ape de r echer che de t r avai l et même d' empl oi

r éel . L' ét ude des mét i er s décl ar és mont r e qu' i l s' agi r ai t de mét i er s par i -si ens pour l a pl upar t . 2041 f emmes sur 2069 j ugées ent r e 1765 et 1770 ont i ndi -qué ce que l ' on peut appel er une pr of es-si on. Mené de pai r avec une pr ost i t ut i on cl andest i ne ou d' appoi nt , l e mét i er f ai t par t i e i nt égr ant e de l ' i dent i t é de l a Par i si enne des mi l i eux popul ai r es.

Les

pr ost i t uées pr of essi onnel l es not oi r es ne

r epr ésent er ai ent que 0, 6%de t out es l es

pr i sonni èr es . . . Ent r e l a pr at i que d' une

pr of essi on et l ' exer ci ce de l a pr ost i t

u-t i on, pour l a f emme du peupl e l e pr obl

è-me ne se pose pas nécessai r eè-ment en

t er mes d' al t er nat i ve. L' un n' excl ut pas

l ' aut r e, même de f açon dur abl e.

Pans est «un vast e t héât r e de pr ost i t ut i on», auquel l es cahi er s de dol éances des t r oi s or dr es, f ai t except i onnel , consacr ent un passage. Ea 1769, l e nombr e de f i l l es publ i ques var i e ent r e 20000 et 60 000 sel on l es sour ces. A par t i r de l a seconde moi t i é du XVI I I e si ècl e, l a cor r upt i on accent uée des moeur s devi ent un vér i t abl e l ei t mot i v. «Par i s, capi t al e du r oyaume, l est aussi du l i ber t i nage».

Réf ér ence bi bl i ogr aphi que

Imagem

Referências

temas relacionados : XVIIIe siècle