Top PDF De l'amour à Un amour de Swann

De l'amour à Un amour de Swann

De l'amour à Un amour de Swann

Or, Proust élabore une philosophie de l’amour ancrée sur l’angoisse et le chagrin. Le sentiment amoureux vient d’un manque, d’une absence ou de l’impossibilité de posséder l’être aimé: “[…] a angústia da ausênsia é a totalidade do amor. Já nas primeiras páginas de La Recherche o tema se acha caracterizado.” (GRIMALDI, 1994, p.25). Outre l’angoisse du petit enfant, l’exemple par excellence de cette conception est la soirée où Swann ne trouvant pas Odette chez les Verdurin, tombe en désespoir, la cherche par toute la ville de Paris et se rend compte de son amour. Ce sont ces états d’âme qui sélectionnent l’être aimé en dépit de ses qualités qui comptent très peu dans la naissance de l’amour.
Show more

12 Read more

LA CONDITION DE LA FEMME DANS «LE CID»

LA CONDITION DE LA FEMME DANS «LE CID»

«Le Cid» est surtout une pièce d'amour. Un amour impossible chez l'Infante et un amour qui devient impossible entre Chimène et Rodrigue. L'autorité paternelle est à la base de l'intrigue du Cid. Elle crée des obstacles aux jeunes amoureux, en mettant le devoir au-dessus de l'amour. Ainsi, l'amour n'est pas présenté comme une jouissance paisible pour les amoureux, parce qu'ils sont insérés dans un système féodal, fondé sur une idéologie aristocratique. Par conséquent, l’amour est associé à la souffrance, au devoir, au malheur, à la tyrannie, à l’honneur... L'Infante et Chimène sont des filles de feu et de passion (Joye, 17), toutes les deux partagées entre la passion de l'honneur et la passion de l'amour mais qui choisissent deux voies différentes. L'une celle du conformisme et l'autre celle de la résistance.
Show more

15 Read more

Claude Crébillon et l'île des plaisirs

Claude Crébillon et l'île des plaisirs

compliments les plus enflammés à la beauté de la Princesse et vise à nouveau sa vanité ainsi que son cœur à travers le langage le plus passionné. Sa victoire commence à se dessiner ; Néadarné réagit déjà avec plus de douceur : « Je vous ai déjà dit que j’aimais un autre que vous, reprit-elle doucement, que voulez-vous que je vous donne ? » Réponse du libertin : « Que tout ce que le Destin veut que vous me donniez (…) me soit donné par vous, et que je n’aie point la honte de le remercier d’un bonheur dont je voudrais n’avoir obligation qu’à vous seule » (Crébillon, 1999 : 408-9). Les intentions du séducteur sont claires : sa victoire doit être obtenue avec le consentement de la victime, laquelle a bien perçu la situation et accepte de considérer la question, c’est-à-dire que dans le combat intime entre désir et vertu, celle-ci commence à défaillir. Pour gagner du temps, Néadarné joue et chante ; viennent, après, le dîner et les jeux jusqu’à l’heure fatale du coucher. Toute seule avant la confrontation décisive avec le Génie, la jeune Princesse est à nouveau assaillie par les doutes les plus cruels : séduite par « le plus aimable des génies » (Crébillon, 1999 : 411), sa vertu et son amour pour Tanzaï renforcent sa résistance. La naïveté initiale, qui croyait à l’amour et à la moralité idéaux, a été influencée par le système galant. Les sentiments et les sens peuvent ne pas être inséparables ; la nature se montre rebelle à la volonté et à la raison ; cependant le libre arbitre, qui donne la possibilité de choisir entre céder ou résister à la tentation, n’efface pas le remords, né peut-être des préjugés. Sous l’influence de ces réflexions, Néadarné décide d’empêcher l’entrée de Jonquille dans sa chambre, en verrouillant les portes. Inutile précaution, d’ailleurs, car les génies ne sont pas découragés par de tels obstacles. La sévérité de la jeune femme mène Jonquille à lui répondre avec ironie, en la piquant dans sa vanité et sa jalousie (par la référence à l’aventure de Tanzaï et Concombre) et en la menaçant de ne pas lui devenir utile dans son désenchantement (Crébillon, 1999 : 412). Il obtient ainsi l’attention de la Princesse.
Show more

13 Read more

Eros & Thanatos. Estudos de literatura

Eros & Thanatos. Estudos de literatura

le plus dramatique : un crime passionnel. Dans un bar, un homme a tué une femme. Mais ce geste n’existe que par la fascination qu’il exerce sur un autre homme et sur une autre femme qui n’en furent même pas les témoins directs et qui n’en approchent la signification qu’en l’inventant peut-être, à travers l’étrange rêverie qui les possède désormais. Arrachés par le cri d’agonie à l’ordre quotidien, à cette “ vie tranquille ” où il n’y a plus de respiration pour l’espoir, l’homme et la femme se rencontrent chaque jour dans le bar qui reçut le sacre de l’événement. Ils se parlent ; ils imaginent que ce fut le vœu de cette femme d’être tuée par l’homme qu’elle aimait, et le sentiment qui, en- tre eux, prend naissance retrouve, assume ce désir. Peut-être vont-ils revivre la même légende de la mort et de l’amour. Peut-être... Mais le romancier lui-même n’en sait rien. Qui peut donner un nom à ce qui s’est passé entre les inconnus, à ce qui se passe maintenant entre Anne Desbaresdes et Chauvin ? Qui peut savoir la forme que le des- tin donnera à cette complicité indéchiffrable ? Peut-être n’ont-ils pas d’autre histoire que celle d’avoir un instant échangé ces paroles, posé leurs mains l’une sur l’autre, mêlé une seule fois leurs bouches. Tout est suspendu à l’attente d’un événement qui ne vient pas, d’un événement inimaginable. Tout fléchit sous le poids d’une passion qui n’accouche pas d’elle-même, qui ne sait pas même son nom. (Gaëtan Picon, apud Duras, 2001: 154-155)
Show more

150 Read more

La science de l’amour dans les poèmes et dans les contes soufis

La science de l’amour dans les poèmes et dans les contes soufis

le souf i Ibn Arabi (XII-XIII e siècles), une des œuvres qui ref lèt ent le mieux les t héories sur l'amour est le Trait é d’ Amour, écrit au XIII e siècle, vers 1203-1240. Dans ce t ext e, l'aut eur désigne essent iellement les dif f érent s t ypes d'amour : spirit uel, nat urel et physique, en décrivant aussi les ét at s et les qualit és des vrais amoureux. Dans un des ext rait s, quelques verset s d'amour se ressemblent aux chansons d'amour des t roubadours galaico- port ugais - l'amant loint ain évent uellement cont emple celle qui le laisse en veille permanent e et dont le regard est un act e pert inent pour f aire naît re des sensat ions et des émot ions (14) : Mon essence après elle se prend à soupirer
Show more

13 Read more

La Fausse Suivante, ou la dynamique du triangle

La Fausse Suivante, ou la dynamique du triangle

Pour Lélio, le mariage n’est donc que la convention qui lui permettrait de s’approprier légalement de la fortune de son épouse; méprisant sa future femme par avance, il n’envisage que des rapports de domination. Rien d’étonnant à ce qu’il cher- che à changer de promise: puisque pour un petit-maître les femmes, dépourvues de qualités propres, se valent toutes, pensant à se marier il ne les évalue qu’à l’aune de leur fortune, ce qu’il exprime d’ailleurs sans ambages: «j’épouserai les douze mille livres de rente» (II,3). Désirant donc «duper sa maîtresse pour se débarrasser d’elle» (I,7) malgré son engagement, la stratégie de Lélio est de susciter un triangle amoureux dont il semblerait la victime, défaite apparente qui le rendrait en fait gagnant. C’est au Chevalier de feindre l’amour pour la Comtesse, et à Lélio de prendre le masque de l’amant jaloux, du promis délaissé. Il s’agit bien sûr de jouer avec les émotions fémi- nines, de manipuler les sentiments de la Comtesse, de la détacher de Lélio, de l’enflammer pour le Chevalier. Il n’y aurait donc que la Comtesse de trompée –doublement trompée–, croyant à l’amour de Lélio comme à l’amour du Chevalier, et doublement extorquée. Or la réalité sera bien plus complexe, le Chevalier étant précisément le beau parti que Lélio cherche à épouser!
Show more

21 Read more

Rabia al Adawyyia ou l’exaltation de l’amour Divin

Rabia al Adawyyia ou l’exaltation de l’amour Divin

Nul ne pourrait parler de la myst ique musulmane sans parler de Rabia al Adawiyya, cet t e ascèt e qui vécut t out e sa vie cherchant son propre salut . Sa vie ent ière f ut marquée par un dévouement inégalable à l'amour Divin. Not re int ervent ion port era donc sur cet t e not ion de l'amour Divin dans la poésie de Rabia qui, à t ravers chaque vers, nous emport e dans un monde euphorique ou l'amour de Dieu t errasse l'amour humain. Not re but est de voir comment l'opt ion pour le myst icisme f ut pour Rabia la voie pour parvenir à l'élévat ion religieuse qui réunit l'amour humain à l'amour Divin créant ainsi cet t e symbiose exalt ant e qu'est l'union de la créat ure à son créat eur.
Show more

8 Read more

Amour courtois des troubadours et amour soufi

Amour courtois des troubadours et amour soufi

La période antéislamique développait déjà le thème de l’amour courtois entre un homme et une femme idéalisée, inaccessible, semblable à une déesse. D’autre part, c'était aussi par le modèle de l’amour humain que les soufis ont exprimé leurs sentiments d’amour, prévalant la soumission, l’exaltation, la souffrance d’amour. L’amour humain était devenu le miroir où l’homme (soufi) se joint à Dieu, par l’union symbolique (ou métaphorique) entre un homme et une femme. Ibn al-Fârid a exprimé cette idéologie de la vassalité et de la soumission par le vers "je suis votre esclave". Des auteurs comme Briffault et Schah ont attribué des ressemblances entre la poésie des troubadours et quelques expressions de la mystique soufie. Si les premiers ont fait l’éloge de la femme aimée, les seconds ont loué la divinité : "en tanto que los sufíes cantaban alabanzas al Ser Divino del islam esotérico, los trovadores cantaban las alabanzas de sus musas femeninas de carne y hueso "(4) .
Show more

14 Read more

Maio de 1968: a greve geral que abalou a França

Maio de 1968: a greve geral que abalou a França

PN?QR ?C@?S GATE?C@?QUVWH ?E?X@A@Y >=Z ? [@? \=GZ Z @? JT@X=? ]? JT@^ K =? CE? PLB=CE? ^ >=AJ_LH ? B@ACE? JENE? D>K N@K >=? @? D>K AJK Y D=Z ?K AJGN`_AJK =?=?B=>@^ =?C@?>@LEZ a@>? =?XG@>>=?JEZ EAK =Z ?@N?JG>LE?A=?b>XIZ K =? c @ABdE?DELL@LLdE?CE?K NDI>K E?^ >=AJ_Le O ? [@LC@?QUVfH ?E?JEA^ Z K BE?JEZ EAK =Z ?aK AT=? C@L=X>@X=ACE?=?@JEAENK =H ?=L?K ALBK BGK Y gh@L? @? E? B@JK CE? DEZ i BK JEY LEJK =Z ? C=? j>=AY g=k ?^ GAJK EA=a=?JENE?GN?CK aK LE>?C@? lXG=L? A=? DEZ i BK J=O

17 Read more

A auriculoterapia cibernética em idosas: relato de caso

A auriculoterapia cibernética em idosas: relato de caso

KLMNOPQNRSTUOMVPMLWLNXMLYSOXMLZULTOMTMXU[TSLULZPM\[]^TPQSL_NULYM`L N^SLZSLSNaPZSLUbTUO[SLQSXSLP[TUOXUZPcOPSdLKLeO\M[P`MfgSLhN[ZPMRL ZULiMjZULkehilLMLP[ZPQMLQSXSLP[^TONXU[TSLTUOMVmNTPQSLZ[r]

6 Read more

Naturologia no Brasil e a Naturopatia no mundo: uma breveabordagem entre semelhanças e diferenças

Naturologia no Brasil e a Naturopatia no mundo: uma breveabordagem entre semelhanças e diferenças

GHIJKLKMNKHKLNOPQHPRLSQJJKHLQTJKHUHVUNOJQWQXRUHMQHYJULRWHKHVUNOJQIUZ NRUHMQH[OMPQ\H]MRSRUW[KMNKHUTQJPUHULHNKJUIRUL^HIJ_NRSULHKHJKSOJLQLHM`QH SQMaKMSRQMURLHK[HLUbPKHPKMNJQHPKHO[HSQMNKcNQH[r]

18 Read more

Naturologia e Agroecologia: Um Diálogo Complexo

Naturologia e Agroecologia: Um Diálogo Complexo

?@ABCDEFGCHIJKILMNOPQMKIRSTRMUVWOUKIMTVLMIOIXOVWLSNSYUOIMIOIJYLSMZ RSNSYUOIO[LMKMTVO\IUTVML]ORMKIRS\WTKIMIRS\[NM\MTVOLMKI^M\STKZ VLOT^SITS_SKI[OLO^UY\OKIM[UKVM\SN`YURSKIMI[SVMTRUONU^O^MK[r]

13 Read more

Um modelo de escrita de história literária regional: o exemplo  da Região do Ruhr (Alemanha)

Um modelo de escrita de história literária regional: o exemplo da Região do Ruhr (Alemanha)

entwickelt wird, macht Wittkowskis Arbeit doch zwei wichtige Aspekte deutlich, nämlich erstens, dass auch regionaler Literaturgeschichtsschreibung stets eine Konstruktionsleistun[r]

23 Read more

Itália - 1968: movimento estudantil e confl ito social

Itália - 1968: movimento estudantil e confl ito social

?9, @ABC4 , *, D.(.+&3 , ?)*&+)*, -*+8 9E 6&(*4 ,)*,<.+FE G*,;(H *+9&GI.6,J1.8 +&/E F&6,.,<E /2&GK*,L <E *6M 4 ,&)F.+/E 2,*, <E H &+,).,N2.,O&FE &,F&P&)*,&,E (H *+9&8 GK*, )., N2., &3 D2(6, E ()26/+E &E 6, .6/&+E &9, H E (&(5E &()*, &, Q*1*6E GK*, &*, D*F.+(*, )., 5.(/+*8 .6N2.+)&R4 ,).1*6E /&()*,5*/&6, 1&+&, *, 5*+*(.3 , )*, S.(P*, S*55&4 , N2., Q6., 62E 5E )&+E &R,.9,@ABT> ,?9,B,).,U 2(O*, ).,@ABV4 ,S&()*3 H *,0&55E &+)E ,&1*(/&F&, 1&+&,29,D*3 1.,'+&(5*,&*,1.)E +,N2.,*, 1+.6E ).(/., <.D(E , H .5O&66., *, 0&+3 &9.(8 /*,.,H *+9&66.,Q29,D*F.+(*,).,6&W)., 1W'3 E 5&R> , X+Y6, 9.6.6, 9&E 6, /&+).4 , .9, 6.8 /.9'+*4 , *, <E H &+, 12'3 E 5&+E &, *, 3 E F+*, Z[\]^ ]_` abc` c]dcecf_, .4 , .9, 9&E *, )., @ABV4 , *, ?6/&)*,g&E *+,)*,?h.+5E /*,*+D&(E P&F&4 , .9, S*9&4 , (*, i*/.3 , 0&+5*, )., 0+E (5E 1E 4 , *, 6.9E (j+E *,Qk2.++&,+.F*3 25E *(j+E &,(K*, *+/*)*h&R4 , )*, N2&3 4 , &3 l9, )., , +.1+.6.(8 /&(/.6,)&,.h/+.9&8 )E +.E /&,L 0E (*,S&2/E , .,</.H &(*,).3 3 .,:OE &E .M 4 ,1&+/E 5E 1&+&9, *H E 5E &E 6,)&,J/&(,.,)&,:;m4 ,N2.,+.3 &/&8 +&9, &, .h1.+E Y(5E &, Q1+.F.(/E F&R, )*, D*3 8 1., '+&6E 3 .E +*, )., @ABC> ,
Show more

18 Read more

O que queremos? Queremos tudo! Breve ensaio interpretativo sobre o sentido histórico de 1968

O que queremos? Queremos tudo! Breve ensaio interpretativo sobre o sentido histórico de 1968

IH€R / XU,/ ,XDEA* E[B, * ,/ TEW/ ,-EW/ lŒk ? ZžE/ {,X@ ER / =E* D(UjE. / ‹ŒŒ]4 / 9>'7<w9/ _:F . / 9-DŸ-* E/ '(-T(W/ T(F / `L}O KJPqL? J€qsIHPqO Q ? PL?  NH€O Q F / ZžE/ {,X@ ER / =B,W* @ * (-W(. / 01]04 / uB,-v,. / ¡69^:immn<. / 9-C [(@ E4 /;9<:;. /^EUF /œ?MLKJ¢L?IL?£ O KR /uB,-v,. / U,* E/ T(/ 01l]F / ¤ 01l]¥ F / ^B,TF / T(/ 'F / 9F / :(* WF / :* E/ T(/ _,-(* BER / :(+EBT. / 011]4 / 9>87Z. / '¦B+* E/ 'EB(* B,F / cd?KsILs?L?KsPILR /,/()j@ EWžE/TEW/WE-tEW/(/,/ [X* -,T,/+E-W(BV,TEB,/-XU/,-E/|X(/V,@ (X/jEB/ TY+,T,WF / :* E/ T(/ _,-(* BER / ;EV,/ uBE-D(* B,. / 01134 / u7::‚. />X+4 /:7;96^. /9@ ,* -F / pJP€HKJPqL?cd F /
Show more

12 Read more

Show all 10000 documents...